Les Açores

Terre en vue ! Après 16 jours de navigation, nous arrivons enfin aux Açores, à Florès, l’île la plus à l’Ouest de l’archipel. Nous arrivons juste avant la tombée de la nuit dans un tout petit port et accostons dans un mouchoir de poche. Accueillis par un bateau copain, nous sommes pris en embuscade pour un barbecue sur la plage organisé par les plaisanciers.

Après une soirée bien arrosée, nous profitons de cette escale d’une semaine pour reprendre nos marques et pour nous dégourdir les jambes ! Notre première rando nous rappelle que nos muscles se sont bien engourdis mais les paysages nous laissent sans voix ! L’humidité est certes présente mais on peut ressentir le côté sauvage de cette île rempli de fougères et de cascades ! Vaches, moutons, chèvres en liberté, maisons en pierre et lacs intérieurs nous accompagnent dans une autre randonnée de 13kms vers Faja Grande.

Cette île, grande comme Faial mais avec seulement 3700 habitants, est un véritable bol d’air frais ! Ces habitants extrêmement accueillant sont content de nous faire découvrir leur île ; Le tout avec des prix très abordables (le café à 50 centimes et la bière à 1,5€) !

Nous y voilà, l’île de Faial avec Horta port mythique des marins au Lire la suite « Les Açores »

Transatlantique retour !

NAVIGATION

Nous aurons mis 16 jours et 07h pour parcourir les 1680 Nautiques entre les Bermudes et Florès. (1750 nautiques réellement parcouru, soit 4,5 nœuds de moyenne). Nous avons fait une vingtaine d’heure de moteur uniquement pour avancer dans la pétole. Candice a barré de temps à autre.

Nous n’avons pas eu d’avarie majeure mais les déchirures dans la GV (lors du passage de la première dépression) ont été la source principale de préoccupations. Cela nous a fait perdre 2 jours d’utilisation. Néanmoins le bateau s’est très bien comporté dans l’ensemble mais l’humidité intérieure (90% en permanence) a eu raison du ventilateur moteur et d’une lampe.  Quelques problèmes d’infiltration d’eau par le pont seront à résoudre au retour

CONDITIONS MÉTÉO

La météo a été favorable bien que les conditions rencontrées aient été plus musclées lors de cette transat’ retour. Après quelques jours sans vent au départ des Bermudes, le vent est revenu mais toujours de travers ou de l’arrière.

Deux dépressions se sont suivies au milieu de la transat’. Ceci a été fort instructif météorologique-ment parlant. Par contre 30 nœuds établis et des rafales à 40 ont Lire la suite « Transatlantique retour ! »

Rétrospective Cap Vert

Nous sommes arrivés de nuit au Cap Vert, au mouillage de Palmeira sur l’île de Sal ; après plus de six jours de traversée où nous avons subi un vent soutenu et une mer forte ainsi que des températures anormalement fraîches (Veste de quart et salopette de rigueur).

Nous nous sommes réveillés au petit matin avec un vent chaud venant de l’Afrique et nous laissant apercevoir les paysages quelques peu désertiques de cette île ! Beaucoup de bateaux autour de nous, car peu de mouillages sur cette île et c’est ici que se font les formalités d’entrée et de sortie ; nous y sommes restés 4 nuits. Nous avons apprécié ce village typique et préservé du tourisme comparé au sud de l’île. Damien adorait prendre le bus Lire la suite « Rétrospective Cap Vert »

Pantaï a traversé l’Atlantique ! Les chiffres!

Navigation

Temps total de traversée : 18 jours et 10 heures

Distance à parcourir : 2100 Nq

Vitesse moyenne : 4,9 Nds

Nombre d’heures moteur total : 0,5 (pour charge batteries)

Nombre d’heures à la barre : 0

Nombre d’heure sous spi : 0

Avaries/Casse : aucune

Commentaires :

  • Pantaï a été largement sous-toilé durant cette Transat’ afin d’économiser le génois (traumatisme surement issu de la sortie de Gibraltar).
  • Le pilote a très bien fonctionné mais a lâché 5 ou 6 fois et toujours de nuit… Histoire certainement de tester les réflexes de l’équipage en demi-sommeil !

 

Conditions météo

Vent moyen rencontré Lire la suite « Pantaï a traversé l’Atlantique ! Les chiffres! »

Des Canaries au Cap Vert

Nous sommes restés 14 jours aux Canaries et avons visité 3 îles :

La Palma : Arrivés au port de santa Cruz, la ville ne nous a pas particulièrement plu. Malgré le joli petit centre-ville historique, la ville vit au rythme des débarquements de touristes par paquebots. Nous avons préféré les randonnées dans le parc national de la Caldera de Taburiente, nous promener dans la forêt de Los Tilos, ainsi qu’une baignade dans une piscine naturelle au nord de l’île. Une seconde escale à l’Ouest de l’île, à Tazacorte nous a enchanté davantage bien qu’ayant un côté plus balnéaire avec ces restaurants et sa grande plage. Nous sommes allés dans la partie sud de l’île ; nous avons pu voir deux volcans dont un est entré en éruption en 1971. Sur ces champs de lave, seule la culture de la banane semble y être présente !

Ténérife : Nous avions prévu de nous rendre sur l’île plus sauvage de Lire la suite « Des Canaries au Cap Vert »

De Madère aux Canaries

Nous sommes arrivés à Madère mardi 09 octobre. La marina de Quinta do Lorde est une très belle marina, dans un petit complexe hôtelier en plein développement offrant de nombreux services (piscines, restaurant, épicerie, centre de plongée et même un Accastillage Diffusion) à l’abri de tout urbanisation car la première « ville » est à 10 min en voiture !

Le lendemain de notre arrivée, nous recevions le pilote auto ! Avec l’aide d’Olivier, le responsable du magasin d’accastillage sur Quinta, la préparation et l’installation se sont faites en deux jours ! Son professionnalisme et sa disponibilité nous a rassuré surtout que dans notre « malheur » nous avons pu installer un système beaucoup plus fiable et adapté à la houle de l’Atlantique !pilote

Dans l’attente de conditions météos plus favorables (passage de l’ouragan « Leslie » qui finalement nous a relativement épargné), nous avons pu profiter de cet archipel pendant 10 jours !

Nous avons adoré Madère ; sa végétation luxuriante, ses hortensias bleus, ses fruits délicieux, sa population très accueillante et ses cascades avec ses multitudes de randonnées en longeant les « Levadas » (cours d’eau) qui nous restent encore à parcourir nous donnent déjà envie de revenir !

La traversée entre Madère et les Canaries s’est plutôt bien passée et le pilote s’est très bien comporté. En revanche, la météo a été changeante ; après un départ sous vent arrière assez soutenu nous avons eu le droit à 24h de « pétole » (absence de vent) pour ensuite finir au près avec des grains s’enchainant toute la nuit et avec des vents oscillants de 8 à 20 nœuds. Après 250nq parcourus nous voilà donc arrivés à Santa Cruz de la Palma !

Canaries